Les nuits et les jours de Querbes
Les nuits et les jours de Querbes
Vous êtes ici : Archives > 2010 > RésUmé FeSTivAL

RésUmé FeSTivAL

par Alex (lundi 24 janvier 2011)

12/15 AOÛT 2010
Querbes, l’insubmersible !!

Les averses violentes et le froid n’ont pas épargné la 13ème édition du festival de Querbes. Conçu comme une fête de plein champ, le festival a du se réfugier dans les granges disponibles et résister à une météo contraire… Le dernier soir, les rangs du public s’était clairsemés, les rescapés avaient enfilé anoraks et bonnets de laine… Et pourtant, rarement une édition avait été si chaleureuse, si pleine.
Querbes, banlieue

JPEG - 84.1 ko
Laurent Guitton et les musiciens - Querbes, banlieue

Elle avait commencé par une masterclass à Capdenac les 11 et 12 qui mit en présence des musiciens amateurs de Figeac et capdenac, ainsi que de jeunes danseurs des banlieues de Montpellier et de Copenhague. Le spectacle donné le 12 au soir, devant un public très dense (400 personnes) fut une réussite sur le plan artistique mais aussi sur le plan humain.La générosité des acteurs, l’énergie incroyable qui circulait entre eux, ont électrisé le public. Belle image que celle des dix danseurs réunis après le spectacle, assis en cercle, se tenant par les épaules et échangeant quelques mots dans un anglais approximatif… Le pari de Nathalie Galoppin, la chorégraphe, de William Noblet, le metteur en scène et de Laurent Guitton, le conducteur, avait été tenu…

JPEG - 124.7 ko
Zetlab


Le lendemain, à Figeac, les cinq écrivains invités, Mouloud Akkouche, Lilian Robin, Skander Kali, Wilfried Nsondé, Marc Kravetz participèrent à la première rencontre, sur une place de la lecture comble. Un peu plus tard, le public se rua sur la table de vente et les stocks de livres furent épuisés en quelques minutes. La rencontre se poursuivit, sous les lampions, par un repas, avant que ne résonnent, sur la place Vival tout proche, les premières notes du Quintet Zetlab, parmi lesquels deux musiciens cubains, Ricardo Izquierdo et Rafael Paseiro obtinrent de longs applaudissements du public nombreux (300 personnes).

JPEG - 161.6 ko
Orchestre national de Salilhes


Après cette belle entrée en matière, le festival retrouvait ses terres de Querbes, avec une seconde rencontre dans l’ancienne étable, où l’on essaya d’approcher la réalité de la « banlieue ». Rencontre ponctuée comme la première par les trouvailles musicales du duo Agafia, Laurent Paris aux percussions et Marc Maffiolo au sax. L’Orchestre national de Salilhes entama alors les premières notes pour saluer l’arrivée des officiels venus pour l’inauguration. Une trombe d’eau s’abattit alors sur les spectateurs et chacun se réfugia où il pût… « Fluctuat nec mergitur », nouvelle devise du festival, proposa son responsable en claudiquant sur un seul pied. Alain Combres, maire d’Asprières conclut qu’il fallait peut-être aux banlieues moins de « keufs » et davantage d’initiatives comme celle-là !

JPEG - 153.9 ko
Ukandanz

Après le repas distribué dans les granges du village, ce fut le concert de Ukandanz, un quartet inspiré par la musique traditionnelle éthiopienne et proposant une fusion avec les musiques urbaines. Emmené par Lionel Martin au sax (et on a envie de dire à la danse), les musiciens offrirent une musique d’une belle énergie, qui fit vibrer jusqu’aux pierres de la grange de Querbes. Puis l’Orchestre national de Salilhes, avec son remarquable saxo baryton Florian Nastorg, fit danser jeunes et vieux, écrivains et spectateurs jusqu’à deux heures du matin.

JPEG - 130.4 ko
Didier Dulieux & Laurent Guitton


La journée du dimanche débuta par une promenade sur le site de l’ancienne mine, sous la direction éloquente de Didier Rateau, ingénieur géologue. Son propos dépassa les aspects techniques pour s’attarder sur les conditions de vie des populations rurales à Querbes et dans les environs jusqu’au début du 20ème siècle. Les nappes étaient posées sur le pré pour le pique-nique musical quand une nouvelle trombe d’eau s’abattit sur le village. La bonne humeur n’en fut guère affectée. Le déjeuner se déroula dans des odeurs de paille et de foin, avec le duo complice Guitton - Dulieux, au tuba et à l’accordéon.


JPEG - 132.3 ko
M. Akkouche, L. Robin et JP. Oddos


La rencontre de l’après-midi permit un bel échange entre le public et les écrivains : il n’y a pas de « problème de banlieue », il y a la jeunesse et la pauvreté, il y a l’isolement, l’incompréhension – mais en même temps un formidable espoir, car le monde demain est là, balbutiant encore. « Acceptez-vous cette banlieue ? » demanda un jeune bénévole, lui aussi venu d’une banlieue du monde. « Oui », lui répondit l’animateur au nom de tous, il nous faut faire le « pari » de la banlieue.

JPEG - 135.9 ko
Wilfried et Serge N’sondé


Pendant que la pluie battait les tuiles, le récital des frères Serge et Wilfried Nsondé se déroula dans la grange : « Marianne, c’est la France », firent reprendre au public ces musiciens poètes nés au Congo et grandis dans la banlieue parisienne, « Marianne, regarde ce qu’on fait dans ton dos ! ». Quelques minutes avant, les quatres danseurs danois, Nana, Analisa, Jon et Troels, avaient offert une ultime performance.


Après le dîner du soir, un public plus clairsemé se retrouva pour les accents très « rock » de La Zone de Ramsay Hunt, avant le cabaret jazz, dans l’ancienne étable. La beauté des notes du trio Nhog, apaisantes, pacifiantes, faisaient oublier un instant la nuit de Novembre qui sévissait au dehors… Bien sur, le festival ne s’en tint pas là et les débats sur le monde comme il va ne s’achevèrent qu’au petit jour…


NHOG

Une édition bien remplie donc, avec des publics très variés. Une fréquentation en légère augmentation (1720 spectateurs cumulés, repas exclus, contre 1650 l’an dernier) et, sauf surprise (car certains dossiers de subvention ne sont pas encore traités !), un équilibre financier malgré les médiocres résultats du dernier soir et, c’est maintenant sensible, un public dont les moyens financiers sont plus limités qu’autrefois… Les organisateurs se sont donc quittés fatigués, lessivés même, mais heureux et prêts à donner de nouveaux rendez-vous tout au long de l’année.


Page mise à jour le : 30 novembre 2007.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Archives