Les nuits et les jours de Querbes
Les nuits et les jours de Querbes
Vous êtes ici : Archives > 2001 > index

index

par Alex (dimanche 2 décembre 2007)
JPEG - 80 ko
Boualem Sansal à Querbes, 2001
Boualem Sansal à Querbes, 2001

Querbes

Longues étaient les soirées, drôles les insomniaques, et les enfants endiablés à point qui passé minuit disparaissaient sur leurs balais dans l’ombre des projecteurs.

Au-dessus de nos têtes passaient les oiseaux de nuit et les étoiles filantes, nous les entendions à peine, les tablées étaient belles, les rires joyeux, les yeux langoureux.

Des chemins qui partent dans tous les sens, étroits, embaumés, vers le village d’en haut, le bourg d’en bas, vers la montagne, vers la plaine, vers des criques ensorcelantes qui appellent à la noyade.. Odeur de chaume, odeur d’encens, odeur de terre, odeur de paix.

Ah ! la langueur des petits déjeuners qui traînaient en longueur jusqu’à ce que midi vienne nous rappeler qu’il est temps d’avoir faim pour de vrai. Comment avons-nous fait, personne n’était jamais au rendez-vous de sept heures, tous dormaient, ici, là, sans se gêner…

Ah ! la torpeur des après-midi. Qui bougeait réveillait les autres. Papotages sous les arbres. Confidences à l’ombre des murets.

Petites siestes gagnées à la sueur du front. Où trouver un lit libre ? Un banc inoccupé ?

Un peu de pelouse nue ?

Repas à la bonne franquette. Ni smoking ni rince-doigts. Tomates rouges, tomates vertes, comme s’il en pleuvait, du vin à damner un saint, boudiou, du fromage fort de corps, du merguez en kilomètres, et même tiens, un mouton en broche rôti sous les yeux émerveillés des gourmets…

Livres. Lectures. Dédicaces. Débats. Musique. Poésie. Balades.

Randonnées. Quelle meilleure manière de se préparer aux langueurs de la nuit ?

Et puis la fin. Personne n’y pensait.

Les départs, échelonnés sur deux jours et plus. Embrassades. Des temporisations qui rendent tout plus difficile, l’échange d’adresses, les gestes d’adieu gauches. Nous avions déjà des regrets pour l’hiver, des souvenirs pour le printemps, des projets pour l’été. L’été reviendra l’année prochaine à la même date, nous retrouverons nos jours et nos nuits de magie.

Boualem Sansal, un pèlerin venu d’Alger. Août 2001

Page mise à jour le : 30 novembre 2007.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Archives