Les nuits et les jours de Querbes
Les nuits et les jours de Querbes
Vous êtes ici : Archives > 2011 > SaiSoN 2o10/2o11

SaiSoN 2o10/2o11

par David Bedel (mardi 14 février 2012)

Samedi 6 Novembre 2010



avec l’historien
PIERRE-EUGENE LEROY
et le violoniste
OLIVIER PONS

19h30 à Querbes
Pages lues : Ali Guentas

P-E. Leroy et O. Pons par Gilles Faltrpet
Comment la sagesse vint aux filles ? C’était la question posée par Pierre-Eugène Leroy, maître de conférence au Collège de France, samedi soir, près du cantou de Querbes. Soirée chaleureuse où quarante personnes s’étaient retrouvées devant un bon feu de bûches pour écouter l’historien narrer avec érudition mais aussi avec verve et humour la vie de Françoise d’Aubigné, fille pauvre, devenant par l’affirmation d’un caractère et d’une sagesse hors du commun, sous le nom de Madame de Maintenon, la femme secrète mais très influente de Louis XIV, puis consacrant son temps à l’éducation des filles réduites, comme elle l’avait été, à la pauvreté. Comment à cette époque où la femme n’avait aucun statut, était toujours traitée en inférieure, comment a-t-on pu voir apparaître sur le devant de la scène des femmes aussi cultivées que Madame de Sévigné, Madame de La Fayette ou Madame Des Houillères, et donnant à la littérature des oeuvres majeures ? Comment ces femmes, que Molière a voulu caricaturer sous le nom de « précieuses » ont-elles acquis ce savoir, la connaissance du latin, du grec, des langues étrangères, de la musique, de la poésie, sans compter la parfaite maîtrise de la langue ? Pierre Leroy suggère que la classe aristocratique déclinante, réduite à paraître à la Cour ou à mourir sur des champs de bataille, a essayé de survivre en donnant aux filles souvent sans dot cette capacité de bien paraître en société, et que nombre d’entre elles ont saisi cette chance pour affirmer leur autonomie intellectuelle sinon leur indépendance sociale. Préhistoire du féminisme, affirme l’historien. Pour ponctuer ce débat, Olivier Pons avait choisi des compositions pédagogiques de Teleman, qu’il interpréta avec brio. Il montra tout son talent avec Paganini, mais les participants se souviendront de l’émotion suscitée par les Partitas de Bach, moment où le temps sembla suspendu. C’est le comédien Ali Guentas qui lut des textes d’une belle vivacité de Madame de Maintenon. La soirée se termina, comme à l’habituée, par un repas pris en commun et quelques verres de vin rouge.


Samedi 11 Décembre 2010




concert avec
THE BIG MOE

Début du concert à 20h30, à Querbes

Oh, quel jazz !

PNG - 827.9 ko

Querbes, 11 décembre : ce n’était pas l’affluence habituelle ce samedi, devant le cantou, pour le concert du Trio The Big Moe. Quel superbe moment de musique nous ont offert cependant les trois jeunes musiciens (l’aîné vient d’avoir vingt ans !) : un jazz qui puise aux racines, comme dans cet hommage à Oscar Peterson, rythmé, aux mélodies puissantes, mais toujours jouées dans la retenue, dans l’échange, dans l’équilibre ! Le piano d’Amaury Faye, un peu heurté et dominateur dans leur premier enregistrement n’hésite plus maintenant à s’effacer par moments, à laisser entendre les jeux subtils de Pierre Ardré, qui sait envelopper le son de sa batterie, l’écouter lui-même comme s’il s’en amusait, et de Louis Navarro, qui sort souvent de sa discrétion de contrebassiste pour mener le jeu avec autorité. Des figures musicales déjà très maîtrisées alors qu’on aurait pu attendre une fougue un peu brouillonne… Le public a salué cette belle qualité en rappelant trois fois les musiciens… Chaque set avait été ouvert par une courte lecture, discrètement appuyée par les instrumentistes : Margot Marguerite lut une nouvelle qu’il avait écrite pour l’occasion, l’écrivain retrouvant un moment son habit de comédien. Puis Henri Robert donna un extrait de l’Age d’homme, de Michel Leiris, où celui-ci raconte comment le jazz, celui des années 20, provoqua chez lui une passion pour l’Afrique et fut à l’origine de sa carrière d’ethnologue.

PNG - 1.6 Mo



Samedi 5 Février 2011



avec l’écrivain
FRANZ BARTELT
et le musicien
XAVIER VIDAL

19h30 à Querbes
Pages lues : Henri Robert


Les étoiles dans le ciel dégagé, de grandes flammes dans le cantou, une salle comble, dans un silence attentif, l’horloge qui comptait ses coups, une odeur flottant depuis la cuisine… un écrivain au regard malicieux, un comédien trouvant la juste intonation pour jongler avec les mots de l’autre, un musicien multipliant les instruments… tous les ingrédients d’une belle rencontre et quelque chose de plus qui fait que la magie opère et que le temps s’arrête : bien sûr les mots de cet écrivain, qui prétend écrire à la vitesse où poussent les champignons, cet écrivain méticuleux qui n’oublie pas qu’il fut plus de vingt ans ouvrier papetier, soumis aux 3 huits, cet écrivain proche de la parole des gens les plus humbles, les plus ordinaires et qui, de ce matériau aussi brut et aussi élémentaire que la pâte à papier, sait tirer des moments de poésie comme des moments de franche rigolade. Tour à tour émouvant, polémique, tendre, rieur, Franz Bartelt, « homme-écriture » qui avoue rejoindre chaque matin, avant l’aube, son petit bureau et se contenter de ce qu’il voit par sa fenêtre, une petite rue, à Nouzonville dans les Ardennes, a su, sans phrase, sans effets, faire vivre cette rencontre et nous donner, tout simplement, un petit moment de bonheur.
La Rencontre, proposée par Les Nuits & les Jours de Querbes, en collaboration avec le Livre en fête, réunissait Xavier Vidal (au violon, à la cabrette et à l’accordéon) et Henri Robert pour les lectures.

PNG - 1.3 Mo
JPEG - 4.7 Mo
PNG - 1.9 Mo
JPEG - 4.7 Mo




Samedi 16 Avril 2011




CONCERT AVEC




Concert à Querbes à 21h00

Querbes, le coeur en Vrak…
Affluence des beaux soirs, autour du cantou de Querbes, pour le trio sinon insolite mais clairement novateur formé par Etienne Lecomte (flûtes), Laurent Guitton (tuba) et le batteur catalan Oriol Roca… trois interprètes exceptionnels qui ont d’abord improvisé, se cherchant, s’appuyant, s’esquivant dans de longues mélodies tour à tour aériennes et terrestres, littéralement dé-routantes, mais invitant à un voyage sur d’autres chemins… puis le chant presque susurré, semé de ruptures, de saccades, de silence, a pris de l’ampleur et de la puissance rythmique, roulant comme un torrent des Pyrénées… le public, oreilles aux aguets, yeux souvent fermés, s’est senti emporté par cette soudaine montée des eaux et cet accord puissant entre les souffles et la rythmique. Trois rappels pour le trio et une évocation roumaine, en préfiguration du rendez vous de l’été… et puis de longs échanges entre les musiciens et les spectateurs, comme il est de coutume à Querbes, un verre de bière à la main et la musique encore plein le coeur.


Samedi 14 Mai 2011




avec l’écrivain
CHRISTIAN GARCIN
et la flûtiste
AURORE DYÉ
19h30 à Querbes

Pages lues : Henri Robert

Pendant la rencontre, une soupe cuira dans le cantou !
Réservations au 06 59 30 94 82
Entrée (repas compris) : 14€ (12€ adhérents)
En collaboration avec Le livre en fête



Christian Garcin vit non loin de Marseille, où il est né en 1959. Il a exercé divers emplois, et a beaucoup voyagé. En 1992 il envoie son premier texte, Vidas, à J.-B. Pontalis chez Gallimard, qui le publie aussitôt dans sa collection «  L’un et l’autre  ». Suivront ensuite de nombreux livres : des romans (dont La piste mongole, Le Vol du pigeon voyageur ou Du bruit dans les arbres), des nouvelles (Fées, diables et salamandres, La neige gelée ne permettait que de tout petits pas), des poèmes (Les Cigarettes, Pierrier), des essais sur la peinture et la littérature (Piero ou l’Equilibre, L’Autre Monde), et quelques livres inclassables (lexiques, fictions biographiques, autographies). En janvier 2011, il publie chez Verdier le roman "Des femmes disparaissent".



JPEG - 26.2 ko

Après avoir obtenu son diplôme au Conservatoire d’Orléans dans la classe d’Arlette Biget, Aurore Dyé remporte le Premier Prix de la Région Centre en 2006. Elle poursuit ses études musicales au Conservatoire Supérieur de Barcelone et, en 2009, est récompensée par le Concours Beques Anna Riera à Barcelone. Comme musicienne d’orchestre, elle joue sous la direction de Cl.Kesmaecker, P.A. Biget, J.M. Cochereau, R. Schereiner, O. Kaspar… à l’occasion de concerts en France, Roumanie et Espagne. Elle se produit en duo depuis 2006 avec la pianiste Elena Macagon, mais aussi avec le flûtiste Etienne Lecomte et le guitariste Marcos Lopetegi.

Page mise à jour le : 14 février 2012.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Archives